Visite du XXIV Salón de Gourmets

Aujourd'hui était le dernier jour du XXIV Salón de Gourmets. Il y a eu quatre jours de salon, d'exposants, de concours, d'ateliers, de conférences, etc. et je dois dire que j'ai vu un salon, même si cette fois je l'ai vécu différemment des autres années. J'ai visité le produit beaucoup plus qu'à d'autres occasions où j'ai prêté plus d'attention aux concours qui ont eu lieu, je pense grâce à la compagnie de quelques bons amis.

Cette année, il a été célébré à nouveau à l'IFEMA, ce qui lui donne une amplitude différente et avec le fait que le temps a été pire (climatologiquement parlant) et aussi la proximité à l'époque d'Alimentaria à Barcelone a rendu perceptible un peu moins d'afflux de personnes. . Bien que le niveau des exposants ait été à la hauteur.

Au début, comme cela arrive souvent, nous étions un peu perdus. Peut-être que le premier pavillon, par lequel vous entrez dans la salle, le numéro 4, était très chargé de nombreux exposants et nous nous sommes un peu perdus, même si nous nous sommes immédiatement dirigés vers un gastrobar qu'Inedit avait installé et où Alberto Chicote faisait des tapas. qui jumelé avec de la bière. Dans ce cas, nous avons essayé des casquettes d'esturgeon qui étaient fantastiques. Un bon début.

Les entreprises se sont succédées, de nombreux exposants de différents types: ustensiles de cuisine, caves à vin, liqueurs, champagne à l'or, fromages, grandes marques alimentaires espagnoles, remise des prix. Par exemple, le prix Picota del Jerte a été décerné au journaliste Pepa Bueno au moment où nous passions. Ce qui nous a fait souhaiter que la saison des cerises et du pilori arrive bientôt.

Nous traversons la région de la France, un pays qui ne manque aucune édition du Salon et la vérité est que chaque année, ils établissent le plus haut niveau. Nous nous sommes arrêtés pour attraper une huître de la même entreprise qui a un étal dans le marché de San Miguel et pendant que nous avons pu voir la variété de leurs chocolats, desserts, fromages, aliments de qualité que nous voulions vraiment essayer. Mais nous devions continuer notre voyage à travers le spectacle et en même temps à travers la gastronomie espagnole.

Nous sommes arrivés au tunnel viticole MARM, un endroit où ils devraient faire un alcootest à l'entrée et un autre à la sortie. D'abord les blancs puis les rouges, les dénominations d'origine étaient représentées. Je ne veux pas donner un mauvais pressentiment mais je ne me souviens pas très bien de ceux que j'ai essayés, je pense que c'était un ValdeSil de Valdeorras et un Albariño. Ni beaucoup plus qu'il n'était midi et avec un estomac vide, nous devions continuer.

C'est ainsi que nous sommes arrivés à Estrémadure, ou plutôt à la zone gastronomique d'Estrémadure. Il faut dire que c'était la zone la plus originale de tous les pavillons. Une zone ouverte, blanche et diaphane où les différents produits représentatifs d'Estrémadure pourraient être contrôlés à vue. Fromages, jambons, vins, anchois (oui, anchois, fabriqués là-bas), le fameux paprika de La Vera, huiles, etc. Des aliments sans fin pour chacun mieux. Et je ne sais pas, mais c'est aussi la région d'Espagne où ils nous ont le mieux traités, sans nuire au reste bien sûr. Là, nous avons également pu assister à un atelier de sculpture de légumes et de fruits, bien sûr tous d'Estrémadure.

Nous étions déjà fatigués et nous nous sommes dirigés vers la sortie, même si le voyage ne s'est pas terminé. Nous avons vu une dame, qui s'est avérée très gentille et sympathique, fabriquer des boîtes d'anchois au stand Don Bocarte. Là, il nous a expliqué comment ce travail se fait. Les anchois propres sont salés entre 8 mois et 5 ans. Ensuite, ils sont simplement enlevés, le sel et les épines sont enlevés à la main et placés de la même manière dans chaque boîte. Enfin garnir d'huile d'olive.

Il était également très curieux de constater qu'ils ont deux marques, Don Bocarte pour les anchois qui proviennent de la Cantabrie et Ten conserves pour les anchois qui proviennent de Croatie.

Nous avons fait, nous avons fait et à la fin nous nous sommes retrouvés en Galice à déguster du fromage et dans les Asturies avec un culín de cidre et quelques beurres. Bref, c'était une journée bien remplie et un bon moyen de découvrir l'Espagne d'une autre manière, qui en valait la redondance.

  • Facebook
  • Twitter
  • Flipboard
  • Email
Mots Clés:  Article Aptitude Galerie 

Des Articles Intéressants

add